13/03/2008

Création d'un jeu en classe, l'expérience de mme Harray

 

En rénové (2ème année) à Liège, une enseignante a utilisé au cours de cette année les dossiers de la petite boîte "Au temps de Jésus" du Sycomore pour étoffer son cours de religion la nourriture, les animaux, la vie politique et sociale... Elle a puisé tant dans le matériel d'animation avec ses jeux et activités diverses que dans les fiches de documentations à usage de l'animateur.

A la fin de l'année, elle a demandé aux élèves de créer eux-mêmes un jeu sur la personne de Jésus Christ. Seule obligation qui y figurent 52 cartes de questions, assorties des réponses.

Pendant 4 heures de cours, les jeunes ont revu leur matière, travaillé la documentation à leur disposition, creusé les questions. Par groupe de 2 ou de 3, ils ont rédigé leurs cartes avec beaucoup de sérieux. Le résultat est remarquable certains ont imaginé et fort bien réalisé un jeu de l'oie, un trivial poursuit devenu "Christus pursuit",... La planche de jeu réalisée donne, à elle seule, l'envie de jouer. Quant aux questions, il est manifeste que l'ordinateur n'a pas beaucoup de secret pour certains car la présentation des questions/réponses est soignée et souvent colorée.

Dans un deuxième temps, les jeunes ont sélectionné leurs jeux les meilleurs et une dernière heure de cours a été consacrée à les expérimenter.


Enfin, cadre scolaire oblige, il fallait donner des points. Le professeur a sélectionné 20 de leurs questions qu'il se fera à son tour un plaisir de leur poser, pour la moitié des points, l'autre moitié reflétant l'évaluation de leur travail dans la réalisation du jeu.

Ainsi, des jeunes dont il est manifeste qu'ils ont d'autres centres d'intérêts dans la vie que de parler de Jésus de Nazareth - c'est peu dire - se sont manifestement passionnés pour ce travail et y ont consacré - du moins certains - bien plus que les 4 heures accordées dans le cadre du cours de religion. Ils ont étudié leurs questions, ils ont confronté leurs recherches tout en s'amusant ,ils ont découvert un Jésus bien réel qui leur était jusqu'alors inconnu.


Nous ne dirons jamais assez à Madame Harray combien sa visite pour nous montrer ses 6 meilleurs jeux (sur 40) nous a fait du bien et nous encourage dans notre travail. Sa façon de "donner cours" dans un milieu réputé difficile met directement dans le coup les jeunes eux-mêmes. Ce que nous avons vu nous montre que les élèves sont capables, par une recherche personnelle ainsi stimulée, de se passionner pour leur projet et de travailler en profondeur.

Les commentaires sont fermés.