15/02/2008

Construire ses jeux

 

(le Cardan, J.P. Fraipont )

Tu viens jouer?

Cela a commencé il y a une quinzaine d'années, lors des retraites. Depuis lors il m'est arrivé -  et même de plus en plus, car je trouve que le jeu favorise l'émulation et l'intérêt vis-à-vis d'un sujet ou d'une activité - de créer des jeux pour présenter un thème en permettant de mieux entrer dans son contenu. Pour cela, il convient d'être attentif à divers éléments permettant d'orienter son inspiration créatrice.

Mais, avant d'entrer dans plus de détails ludiques, je me suis posé la question:

Au fait, tu joues pour quoi faire?

Sans vouloir y répondre de manière exhaustive, voici quelques idées que je vous invite à compléter si vous le souhaitez:

pour faire comme si, s'impliquer.., sans être concerné (jeux de rôles, Monopoly, Cluedo,...)

pour s'informer, apprendre... sans passer d'examen (électro, lexi-data, trivial pur-suit,...)

pour passer son temps... sans s'ennuyer (jeux de société, jeux de cartes,...)

pour gagner de l'argent... sans (trop) travailler (poker, casino, lotto,...)

pour se divertir, se défouler, rêver.., sans dormir (Bodega,...)

pour faire passer un message... sans (afin d')y être (jeu de coopération,...)

Et aussi plus simplement,

pour se développer physiquement (sport...)

pour rencontrer d'autres personnes.

pour développer ses facultés mentales (échecs...)

pour jouer (spontanéité des jeux d'enfants, à l'origine, d'ailleurs, des jeux de rôles structurés)

pour... a vous de jouer!

Ingrédients pour créer un jeu

Sujet ou thème: l'idée de base est importante sinon fondamentale. Il est donc capital que le sujet soit bien circonscrit. (Exemples personnels: François d'Assise, Christophe Colomb, les 4 éléments de la nature, le Dimanche...).

But ou objectif : tout bon concepteur doit savoir ce qu'il veut et ce qu'il attend de son jeu, ainsi que ce qu'il veut obtenir de la part des participants, à quoi il veut les amener.

Public concerné: le style de jeu variera en difficulté, en présentation, en contenu, en durée, selon le public. Il faut tenir compte de l'âge, de la mentalité, des sensibilités (s'il s'agit de malades ou handicapés, il y a des limites à respecter).

Espace de jeu : jeu d'intérieur, d'extérieur, proche, lointain...

Style de jeu : s'agira-t-il d'un jeu d'équipes, d'un jeu collectif, d'un parcours à effectuer, d'une cible à atteindre, d'objets à lancer, etc... D'un jeu à l'autre, il est intéressant de varier cet aspect des choses afin d'éviter la lassitude.

Sources: choix des documents de référence, livres, publications relatifs au sujet choisi ou proposé.

Progression : une case à la fois, parcours fléché, au moyen d'un ou plusieurs dés, chronométré...

Sanctions, gains: déterminer la manière d'attribuer ou non des gains, une progression particulière, des sanctions négatives, un apport financier fictif...

Manière de jouer : il faut que chacun sache quel rôle il a à tenir, comment il doit progresser: personnellement, avec un pion, seul, avec un équipier pour telle épreuve, les mains attachées, sur un pied...

Nombre de joueurs: un minimum.

Règles: déterminées le plus rigoureusement possible car si le concepteur sait ce qu'il fait, il faut arriver à comprendre le jeu sans sa présence.

Support, matériel : en fonction de ce qui précède, on peut envisager la manière de construire son jeu. De quoi aurai-je besoin, suis-je en mesure de le réaliser, combien va-t-il coûter ? Faire un plan, un avant-projet, un essai (il faut que cela plaise!) et enfin le réaliser.

Objets utiles: cfr matériel, mais il s'agit ici des objets utilisés au cours du jeu et qui en font la spécificité : dés, cartes, monnaies, pions, drapeaux..