25/04/2005

Quel animateur êtes-vous?Vendredi après-midi. Il fait mauv

Quel animateur êtes-vous?

Vendredi après-midi. Il fait mauvais. Vous n’avez plus le temps de préparer votre rencontre. Que faire? - regarder une K7 empruntée à un collègue

- chercher au fond de l’armoire le jeu de Luc Aerens qui avait bien marché il y a 10 ans

- inviter votre voisine pour qu’elle fasse un témoignage

- annuler la rencontre

- faire de l’improvisation avec les enfants sur une histoire de l’Ancien Testament

- acheter un cake et des jus pour goûter

Vous êtes en retard et trouvez votre groupe “scotché”sur le jeu qu’Adélaïde a apporté.

- vous interrompez le jeu car il ne reste que peu de temps pour votre programme

- vous observez attentivement les joueurs et attendez la fin de la partie entamée

- vous conseillez Alexis qui hésite sur la carte à deposer

- vous donnez un conseil inadéquat

- vous attendez avec impatience qu’ils aient fini et préparez déjà votre matériel.

Pour la retraite, la responsable vous demande de participer à l’élaboration d’un grand jeu.

-  vous y allez avec la ferme intention d’y placer des questions et réponses qui apporteront du sérieux à l’affaire.

- vous n’en voyez pas l’intérêt et trouvez une excuse pour ne pas y aller.

- vous êtes enthousiaste car vous espérez que ce sera aussi éducatif qu’amusant (ou l’inverse).

- ça vous intéresse mais surtout que l’on ne vous demande pas de courir avec les enfants, vous avez horreur de ça!

- vous applaudissez des deux mains; pour jouer, vous êtes toujours partant, au KT comme ailleurs.

- vous avez déjà plein d’idées que vous avez envie de tester.

Vous faites équipe avec une personne qui ne voit pas l’intérêt du jeu pour les rencontres de KT.

- ça tombe bien, vous non plus.

- vous utilisez un jeu biblique recommandé par une autre catéchiste et demandez à votre collègue d’être observatrice afin d’intervenir au moment de l’évaluation.

- malgré ses réticences, elle accepte de participer à votre jeu; vous avez soin de lui donner un rôle qui la mette en valeur.

- vous la prenez par surprise et tant pis, elle n’a qu’à faire comme les autres.

- vous avez découvert un jeu formidable. Vous en adaptez les régles pour qu’elle soit à l’aise.

C’est la fin du trimestre, il vous manque 3 enfants, que faites-vous?

- vous allez au centre catéchétique le plus proche pour emprunter un jeu sur Noël.

- vous préparez un exposé sur la généalogie de Jésus, hors programme mais fort intéressant. Tant pis pour les absents.

- vous leur passez une K7 de dessins animés bibliques, c’est toujours ça de gagné

- vous préparez avec ceux qui restent un goûter et des bricolages de Noël

- vous imaginez un jeu de quizz avec des questions drôles et d’autres difficiles sur ce que vous avez fait pendant le trimestre

Ces questions et bien d’autres, vous les retrouverez dans un livre en préparation sur le jeu en catéchèse. Elles devraient permettre à chacun de découvrir quel est son véritable rapport au jeu, que ce soit en catéchèse ou dans la vie d’ailleurs, l’un n’étant guère séparé de l’autre. Êtes-vous mordu du jeu au point d’en oublier les limites? Sceptique quant à son utilisation à des fins pédagogiques? Créatif? Mauvais perdant ou beau joueur? ...

Toutes ces attitudes vont se retrouver naturellement, et sans doute à notre insu, dans notre comportement vis-à-vis des enfants.

Autant y réfléchir... Et pourquoi pas en s’amusant?

 

À suivre...

 


13:06 Écrit par Yves | Yves | | | Lien permanent | Lien permanent | Commentaires (0) | Commentaires (0) |  Facebook |  Facebook |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.